Du 16 au 26 mai 2019
Départ le dimanche 19 mai 2019
Village public quai Vendeuvre


JOUR 1 - FIN DE JOURNÉE

PREMIERES 24 HEURES TRÈS TACTIQUES SUR LA NORMANDY CHANNEL RACE 2015

Les choses sérieuses ont commencé pour les concurrents de la Normandy Channel Race confrontés aux pièges tactiques de la côte normande, de la traversée de la Manche et du Solent britannique. 

Àprès un départ ensoleillé dimanche sous une dizaine de noeuds de vent, la flotte des Class40 a rapidement gagné dans l’ouest avec un courant favorable sa première marque de parcours au pied du Cotentin ; en début de nuit, ce sont les Iles Saint Marcouf puis la pointe de Barfleur qui étaient dépassés avant d’engager la traversée de la Manche sur un bord, en terminant au louvoyage à l’approche de l’Ile de Wight. Après plusieurs heures de bagarre au contact avec CAMPAGNE 2 FRANCE, TEAMWORK 40 et CONCISE 8, le team BRETAGNE - CREDIT MUTUEL prenait la tête à une heure du matin pour ne plus la lâcher de la nuit, avec une avance qui atteignait 3 milles aux premières heures du jour.
 
Nicolas Troussel : « Les conditions sont bonnes avec du vent. On avait pas les mêmes voiles que les autres en sortant de Barfleur, on était sous Gennaker quand les autres étaient sous Code 0 et du coup on s’en est bien sortis. On s’est un peu décalé dans l’Est par rapport à la route, ça a bien payé et je pense que c’est là qu’on a pris la tête de la course. »
 
La traversée du Solent marque la première grande difficulté tactique de la Normandy Channel Race 2015 ; ce célèbre bras de mer qui sépare l’Ile de Wight de la côte anglaise est connu comme étant le berceau de la voile mais surtout une zone complexe entre bancs de sable, forts courants et trafic marchand, le tout dans un superbe décor. Se présentant en fin de matinée la flotte de la course était déjà contrariée par un courant défavorable dans l’accès Est du Solent, une situation désavantageuse qui devait perdurer jusqu’à la sortie Ouest du bras de mer 25 milles plus tard dans la passe des Needles. 
 
Dans cette situation le jeu est donc de trouver la zone la plus favorable et la mieux protégée du courant pour garder un peu de vitesse dans un vent de face par ailleurs faiblissant à 4 / 5 nœuds ; raison pour laquelle les concurrents sont amenés à prendre des risques en naviguant à proximité du rivage, à proximité de l’Ile de Wight ou de la côte anglaise pour rechercher le meilleur schéma tactique ; et les bancs de sable ne sont jamais très loin comme manifestement certains concurrents l’ont constaté à leurs dépens avant de repartir rapidement mais en perdant de précieuses places.
 
Jean Galfione (SERENIS CONSULTING) , Pierre-Yves Lautrou (L’EXPRESS), et Manuel COUSIN (GROUPE SETIN) commentent ce jeu tactique.
 

Jean Galfione « Tout va bien, on est dans le Solent, on essaye de se dépatouiller pour en sortir, c’est pas facile. Le vent est faible et instable et surtout pas dans la bonne direction, c’est déjà très tactique. » 
 
Pierre-Yves Lautrou « Il y a eu du jeu dès le début et ça continue, on est en train de tirer des bords, on va essayer de se rapprocher de la tête malgré la fatigue après une mauvaise fin de nuit à cause de problèmes d’électronique.»

 
Manuel Cousin : « La nuit s’est très bien passée avec la plupart de la traversée de la Manche sous Code 0, on s’est fait plaisir sous une belle nuit étoilée, mais on a pas bien géré l’entrée du Solent, ce qui explique notre place ce matin. Maintenant ça va être difficile car on a le courant contre nous quand les premiers l’on pris dans le bon sens avec eux. On donne tout  pour tirer les meilleurs bords et se cacher du courant pour essayer de rattraper le peloton juste devant. »
 
À cette exercice BRETAGNE - CRÉDIT MUTUEL a de nouveau excellé, choisissant la côte anglaise plutôt que les rives de Wight et accroissant son avance à prés de 5 milles sur son meilleur  poursuivant CONCISE 2 , franchissant la sortie ouest Needles vers 15H00, et ayant à 17H00 prés de 7 milles d’avance sur un groupe de 4 poursuivants (CONCISE 8, CAMPAGNE 2 FRANCE, SOLIDAIRES EN PELOTON - ARSEP, LE CONSERVATEUR) , tandis que le reste de la flotte est regroupé à 10 milles.
 
La fin de journée et le début de soirée doivent s’effectuer toujours au prés avec le vent de face avec des brises thermiques, avant de retrouver un vent de nord-ouest d’une dizaine de noeuds qui doit permettre d’atteindre la pointe sud-ouest du Royaume-Uni vers midi demain mardi.