Du 16 au 26 mai 2019
Départ le dimanche 19 mai 2019
Village public quai Vendeuvre


Ils seront donc 27 équipages de deux skippers à piloter cette année leur Class40 tout au long des 1 000 milles d’une Normandy Channel race à l’issue plus incertain que jamais. Des aléas de dernière minute ont empêché trois concurrents pourtant dument inscrits de se présenter dans les délais impartis à Caen. Le nombre record d’engagés est cependant égalé, avec une importante participation de femmes, 5, et comme à l’accoutumée de nombreux étrangers, venus d’Italie, d’Espagne, du Royaume-Uni, de Belgique, de Suisse et du Japon. Au nombre de 9, les navigateurs Normands sont plus que jamais en mesure de marquer l’épreuve de leur empreinte.  Le quai Vendeuvre va, à compter d’aujourd’hui, bruisser de l’habituelle animation bon enfant propre aux grands départs de course. Entre bricolages de dernières minutes et obligations de leurs partenaires, les 54 navigateurs et navigatrices vont très rapidement se plonger dans l’analyse de la meilleure route à suivre pour rallier Caen le plus rapidement possible après le départ programmé pour dimanche 14 heures 30  au large d’Ouistreham.

 

Hervé Gautier, directeur de course de la Normandy Channel race.

Après une carrière de coureur bien remplie, avec de nombreuses victoires dans le Tour de France à la voile, le Morbihannais Hervé Gautier passe de l’autre côté des filières, et prend en charge la direction de course de la Normandy Channel race. Un poste qu’il vit très exactement comme s’il devait lui-même prendre le départ dimanche prochain de la grande classique Normande. Une flotte compacte forte de 27 unités, un parcours aux milles et une spécificités météorologiques vont mobiliser toute son attention, de jour comme de nuit. « Avec toutes les équipes de Sirius Evénement, organisateur de l’épreuve, et avec l’aide du Comité de course, nous allons veiller au bon déroulé de la course pour tous les bateaux, des plus rapides aux moins bien classés. A nous d’anticiper la nature des conditions de navigations rencontrées par l’ensemble de la flotte, afin, le cas échéant de modifier le parcours et éviter aux  concurrents les affres de vents trop faibles ou trop violents. Cela passe par un échange constant avec les coureurs. Le fait d’être moi-même navigateur facilite la compréhension des difficultés rencontrées sur l’eau par les concurrents. La Normandy Channel race présente pour un directeur de course la double difficulté d’une flotte très dense, 27 bateaux, et d’un parcours aux grandes diversités climatiques. Le travail s’effectue en lien avec le spécialiste Météo David Lasnié. »

Les écoles aussi

Plus de 500 élèves des écoles primaires de Caen et Ouistreham étaient aujourd’hui conviés à arpenter le quai Vendeuvre, et à découvrir la flotte de l’édition 2018 de la Normandy Channel race. Ils visiteront notamment la frégate russe Shtandard, réplique d’un navire de guerre de Pierre 1er, accessible au grand public bassin saint Pierre. Des rencontres avec les skippers sont également au programme de cette belle journée de découverte de la mer et de la course au large.

Course virtuelle

Virtual Regatta propose à tous les amateurs de vivre de l’intérieur la Normandy Channel race. Déjà plus de 10 000 amateurs d’émotions virtuelles sont inscrits.

http://www.virtualregatta.com/?langue=fr

 

En bref :

Normandy Channel race, 9ème édition.

Départ du bassin Saint Pierre à Caen entre 10 heures et 10 heures 30

Départ course Dimanche 27 mai, 14 heures 30

27 équipages Class40

1 000 milles théoriques de course au départ et à l’arrivée de Caen, via le Solent, les îles Scilly, Tuskar Rock, Fastnet Rock, îles Anglo- Normandes.

http://www.normandy-race.com

 

Ils ont dit :

Phil Sharp (Imerys), tenant du titre : « Deuxième en 2016, j’ai atteint le Graal en l’emportant l’an passé. Faire mieux va donc être difficile, d’autant que le plateau est encore plus relevé que l’an passé. Nous avons beaucoup travaillé sur Imerys cet hiver, et j’espère que Julien Pulvé et moi serons à la hauteur… »

Louis Duc (Carac) : « Nous accueillons avec plaisir des marins huppés venus d’autres horizons, comme la Volvo, la Solitaire et la Mini. Toutes ces nouvelles compétences rehaussent encore le niveau de la Class40. C’est une motivation supplémentaire que d’affronter des marins comme Vincent Riou ou Jean Luc Nélias. »

Morgane Ursault –Poupon  (Up Sailing) : « Je découvre la Class40 avec plaisir. Notre bateau N°30 Up Sailing est certes ancien, mais encore compétitif. Je suis heureuse de découvrir la compétition à ce niveau après plus de 5 ans à naviguer dans le grand Sud du côté de la Géorgie et d’Ushuaia. »