Du 16 au 26 mai 2019
Départ le dimanche 19 mai 2019
Village public quai Vendeuvre


NORMANDY CHANNEL RACE 10ÈME DU NOM : BON DÉPART !

 

C’est dans une atmosphère bien normande, ciel couvert avec quelques éclaircies, comme un clin d’œil pour cette édition anniversaire, que les 13 duos de la Normandy Channel Race, 10ème  du nom, se sont élancés après un bon départ. C’est dans un flux de nord nord-ouest de 10-12 nœuds, conditions presque idéales pour une mise en jambe, que le duo italo-hispanique d’Eärendil n’a laissé à personne le loisir de se mettre en évidence tout au long du parcours côtier proposé. Le comité de course a libéré avec ponctualité les Class40 en lice dès 15 heures 30 et une boucle en forme de huit d’environ 6 milles en baie de Seine devant l’embouchure de l’Orne entre les cardinales de Luc sur mer et Ouistreham. Un préambule vivement disputé qui donne un avant-gout alléchant de la bagarre qui va se jouer durant les 1 000 milles théoriques de l’épreuve. Eärendil, skippé par Pietro Luciani et Pablo Santurde Del Arco (double vainqueur de l’épreuve) s’est imposé dès les premiers bords et n’a laissé aucune miette tout au long du parcours, avant d’enrouler en premier la dernière bouée et de mettre le cap, au près, vers la prochaine marque de passage des îles Saint Marcouf mouillée à quelques 37 milles du départ, dans la baie des Veys. Brieuc Maisonneuve, le Granvillais et le maître voilier Éric Varin, ont signé des virements de bord d’une impeccable propreté, leurs permettant de se glisser second au pointage. Suit l’équipage atypique Normand-Chamoniard, Louis Duc et Aurélien Ducroz, suivi par Cape Racing Yachts de l’allemand Jörg Riechers et le match-racer Cédric Château, puis par Beijaflore skippé par William Mathelin-Moreaux et Amaury François.

 

Saint-Marcouf en ligne de mire

37 milles séparent la dernière bouée du parcours côtier devant Ouistreham de la marque qui doit être obligatoirement contournée dans l’ouest de Saint-Marcouf. Les concurrents devraient profiter d’un courant favorable jusqu’en fin d’après-midi avant de faire face, dans la soirée, à la bascule de courant du raz Blanchard, premier passage à niveau qui, comme c’est souvent le cas dans cette grande classique Normande, devrait déjà redistribuer les cartes.

 

Transmanche

La flotte se dirige après ce joli départ, vers un épisode certainement moins réjouissant pour les duos, la traversée de la Manche et de son trafic maritime. La traversée va s’effectuer au près, dans des airs faiblissant de 5-10 nœuds de secteur nord nord-ouest, avant de s’attaquer à un nouveau gros morceau mythique de l’épreuve : le passage dans le Solent demain en milieu de journée.