Du 10 au 20 septembre 2020
Départ le dimanche 13 septembre 2020
Village public quai Vendeuvre


 Ils ont dit à la vacation de 12h00 :

 

 

Halvard Mabire, skipper du Class 40 « Campagne de France » : « Il fait beau. Nous avons sept nœuds au Nord-Est. Nous avons réussi cette nuit à glisser sous l’anticyclone. Maintenant, nous sommes obligés de marquer les anglais qui ne sont pas loin. Depuis Land’s End, je ne suis pas forcément d’accord avec leur route mais nous sommes obligés de contrôler. La différence de vitesse avec « Concise 2 » est infime. Cela se joue vraiment sur notre tactique ».

 

 

Sam Goodchild, co-skipper du Class 40 « Concise 2 » : “Nous faisons notre maximum pour revenir sur “Campagne de France” mais ils sont coriaces. Tout est ouvert pour la gagne ».

 

 

Eric Péron, co-skipper du Class 40 « Talanta » : « Nous avons vécu un passage de dorsale classique. Le premier qui sort de la bulle, touche, tout de suite de la pression. Cela a été le cas pour les leaders et notre cas par rapport à « Phoenix Europe Express ». Le jeu est moins intéressant maintenant. Nous naviguerons quasiment jusqu’à Barfleur sur des bords obligatoires. Je pense que les positions que nous avons actuellement, seront les mêmes à l’arrivée ».

 

 

Louis Duc, skipper du Class 40 « Avis Immobilier » : « On essaie de passer le temps. Nous venosn de dérouler notre gennacker pour gagner à 0,02 nœuds ! J’espére que nous allons toucher du vent avant la renverse ».

 

 

Yannick Bestaven, skipper du Class 40 « Phoenix Europe Express » : « Nous sommes restés une bonne partie de la nuit sous Land’s End. Nous espérons revenir sur « Talanta ». Il y a encore des possibilités même si nous sommes sur un bord obligatoire. Le juge arbitre va être le passage du raz Blanchard ».

 

 

Stéphane Le Diraison, skipper du Class 40 « Masai » : « Nous avons choisi de se retirer de la course après s’être battu contre le courant pendant cinq jours avec beaucoup de détermination. Pour la énième fois, nous avons reculé cette nuit. Nous devons être au travail lundi matin. Il est donc plus raisonnable d’abandonner la mort dans l’âme car nous sommes des compétiteurs. La route est encore trop longue pour espérer être au boulot dans de bonnes dispositions ».

 

 

Thibault Reinhart, co-skipper du Class 40 « Jasmine Flyer » : “Nous sommes très contents. Nous sommes arrivés dans le bon timing sous Land’s End. « Solo » est avec nous. Pour l’instant, nous sommes heureux de notre position et de notre configuration de voiles. Au niveau sommeil, c’est un peu l’enfer, j’ai dormi seulement 1h30 cette nuit ».