Du 10 au 20 septembre 2020
Départ le dimanche 13 septembre 2020
Village public quai Vendeuvre


Patrick Maurin, Président du Comité de course de la Normandy Channel race 7ème du nom s’est voulu ponctuel. Il a, conformément au programme, donné à 17 heures sonnantes le départ de la course, tirant le meilleur des belles conditions météos pour proposer aux 27 Class40 en lice un joli parcours spectacle, prélude aux 1 000 milles de course vers l’Angleterre et l’Irlande. Dans un vent de secteur est en constant renforcement, les duos ont d’abord enroulé une première marque dite de dégagement, avant d’aller chercher aux allures portantes une bouée mouillée devant Luc sur Mer. S’en suivait un petit épisode de près pour revenir vers la ligne de départ, avant de mettre résolument le cap vers les îles Saint Marcouf au large d’Utah Beach dans le Cotentin, au terme d’une mise en jambe d’environ 7 milles très appréciée de tous les équipages pour prendre dès les premiers bords la mesure de ce que sera cette exceptionnelle édition de la désormais grande classique normande, du sport, de l’action, de la bagarre, et sans le moindre répit…

 

Solidaires en Peloton-ARSEP s’affirme d’entrée.

Comme prévu par la direction de course, le thermique s’est gentiment installé dans l’embouchure de l’Orne dès le milieu d’après-midi, et n’a cessé de se renforcer au fil des minutes. Les 27 Class40 bénéficiaient ainsi dès 17 heures d’une bonne douzaine de noeuds de vent, idéale pour entrer avec appétit dans le vif du sujet. Impatient de démontrer une fois encore son poids au sein de la classe qu’il a animé de si belle façon tout au long de la saison océanique, le régional de l’étape, le Normand Louis Duc, épaulé par la non moins régionale Claire Pruvot, se faisait rappeler par la patrouille pour un départ anticipé. Axar, au duo Patrick Losq – Thomas Guichard subissait la même infortune. C’est au ras du bateau comité que les Espagnols de Talès 2, au coude à coude avec le Malouin Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton - ARSEP) et le duo Sharp-Manuard, affichaient leurs ambitions. Ces trois bateaux étaient les premiers à enrouler la bouée de dégagement quelques minutes après le coup de canon. Thibaut Vauchel et son compère Fred Duthil poussaient à fond leur avantage, et se détachaient sensiblement tout au long du parcours spectacle.

 

Nuit de glisse à venir…

On l’a compris, c’est à belle allure que les Class40 vont ce soir et cette nuit dévorer la Manche en direction du Solent anglais. Le vent d’est, appelé à tourner progressivement au sud est, va favoriser la glisse aux allures portantes. La négociation de la pointe orientale du Cotentin, avec ses courants, va imposer vigilance et inspiration aux navigateurs et navigatrices  préparés à peu fermer l’oeil cette nuit.

 

Ils ont dit :

 

Maxime Sorel - V and B

« L’idée pour nous est de partir vite, de nous dégager très vite de la flotte. C’est une course où il faut être devant, pour éviter de se faire piéger par les nombreux « passages à niveaux » de la course. Cette Normandy Channel race est un très bon test pour le bateau car nous allons rencontrer à peu près toutes les allures. Nous souhaitons terminer en beauté une saison très contrastée. Le plateau est tel qu’un bon résultat ici serait très probant… »

 

Louis Duc – Carac

« Cette Normandy Channel race constitue ma dernière course avec ce bateau, un Akilaria 2 lancé en 2008. On a toujours à coeur de bien faire, mais nous aurons une envie particulière de terminer en beauté. »

 

Catherine Pourre - Earendil

« Nous allons partir à notre rythme. L’important est de ne pas casser en faisant les fous sur le départ, avec 27 bateaux sur la ligne! « 

 

Bernard Mallaret - Teranga

« Manu (Emmanuel Hamez - skipper) vit en Afrique. Il connait bien le bateau depuis sa Route du Rhume en 2014 mais a peu l’occasion de naviguer. Je n’ai pour ma part que 3 jours d’expérience à bord. On va se découvrir tranquillement, prudemment. »

 

Thibaut Vauchel-Camus - Solidaires en Peloton-ARSEP

« On va essayer de se dégager de la meute le plus vite possible. On va attaquer c’est sûr. La première partie de course, le long des côtes anglaises, s’annonce très sympa, aux allures portantes. C’est la Mer d’Irlande qui recèle à ce jour le plus grand nombre d’incertitudes, quand à la force attendue du vent de secteur nord. Fred Duthil est un ami de plus de 15 ans. Il m’a mis le pied à l’étrier en me permettant de convoyer ses bateaux. On s’entend bien et son expérience me sera précieuse… »

 

Alain Gautier - Generali - Horizon Mixité.

« Le parcours spectacle nous semble un peu court pour nous permettre de nous exprimer. Il nous sera par exemple difficile d’envoyer le spi. Les conditions des premiers jours s’annoncent sympas. On va s’attacher à rester au contact dès le départ… »

 

Pablo Santurde - Talès 2

« Nous partons sans pression particulière. Le bateau a obtenu d’excellents résultats cette année. Nous sommes en confiance, mais nous redoutons la qualité des coureurs présents, beaucoup de Figaristes, de Ministes, de Tour du Mondistes… cela va être une belle bagarre…. »