Du 16 au 26 mai 2019
Départ le dimanche 19 mai 2019
Village public quai Vendeuvre


Réactions des premiers

Les sept premiers ont franchi la ligne d’arrivée de la seconde édition de la Normandy Channel Race. Les trois places de podium, tant disputées, reviennent à Tanguy de Lamotte et Sébastien Audigane à bord de Initiatives Saveurs, Fabien Delahaye et Bruno Jourdren à bord de Port de Caen – Ouistreham et à Damien Seguin et Yoann Richomme à bord de Des pieds et des mains.

Leurs commentaires juste après l’arrivée !

Tanguy de Lamotte et Sébastien Audigane, Initiatives Saveurs, vainqueur de la Normandy Channel Race en 3 jours 22 heures 25 minutes et 25 secondes à la vitesse de 8,39 noeuds :

"La grand-voile a éclaté en deux juste après le Raz Blanchard. Il nous restait environ 70 milles à parcourir…  On a dû perdre 1 nœuds de moyenne avec cette histoire mais on a gardé le gennaker, dans 30 nœuds, ça envoyait ! On avançait entre 16 et 20 nœuds sur le fond, à don’f ! On a affalé le gennaker deux heures avant l’arrivée. On savait qu’on allait moins vite. Séb barrait et moi, je surveillais les classements et les écarts. On ne faisait pas les malins… On a eu peur de louper la première place mais on a tout fait pour être au maximum.

On est heureux de remporter la course. La bagarre a été serrée jusqu’au bout ! On ne s’est pas changé depuis le départ. J’ai toujours le même lycra, les mêmes chaussettes. J’ai qu’une envie c’est d’enlever mes bottes. On est rincé mais on s’est vraiment amusé. C’était top ! Intense mais top !"

 

(Crédit Photo : Manuel Couette)

 

Fabien Delahaye et Bruno Jourdren, Port de Caen – Ouistreham, second de la Normandy Channel Race en 3 jours 23 heures 4 minutes et 12 secondes à la vitesse moyenne de 8,33 noeuds :

"On a fait des pointes à 24 nœuds. C’était sympa ! Dans des conditions comme celles-là, on enchaîne les manœuvres, c’est très sollicitant. Je ne me souviens même pas de la dernière fois que j’ai dormi. On n’a pas beaucoup mangé, on n’avait plus de gaz dans la bouteille du coup on n’a pas pu se faire un plat chaud ou un thé pendant la course. On a essayé de manger des plats cuisinés froids mais c’est pas terrible !

À 19h, hier, on n’était bord à bord avec Initiatives Saveurs. Un coup, ils étaient devant, un coup c’était nous, on a fait que ça toute la nuit jusqu’à ce qu’un gros nuage arrive, c’était chaud. On a décidé de réduire la toile, de descendre la chaussette de spi mais elle s’est coincée, on a bataillé pendant une heure et puis finalement le spi était inutilisable. Après on a eu des problèmes avec notre code 0, bref ça s’est enchainé. Dans l’histoire, on perd 6 milles. Ca suffit pour qu’ils passent devant ! Mais on n’a rien lâché, parce qu’à 8h, Des pieds et des mains était devant nous, du coup, on était au taquet sur le pont. Bruno se prenait des lances à incendie ! Toujours aux écoutes et on leur colle 2 milles de Barfleur à l’arrivée et finalement on récupère notre deuxième place !"

 

(Crédit Photo : Manuel Couette)

 

Damien Seguin et Yoann Richomme à bord de Des pieds et des mains, troisième de la Normandy Channel Race en 3 jours 23 heures 12 minutes et 35 secondes à la vitesse moyenne de 8,32 noeuds :

"On a attaqué dès qu’on a passé la pointe de l’Angleterre. On était sous GV haute et petit spi, je pense que l’on était les seuls à porter ces voiles là. Ca a fait la différence, on était au taquet, à 200% toute la nuit et jusqu’à l’arrivée. On était deuxième à 8h, juste devant Port de Caen - Ouistreham mais sur le bord de reaching, ils ont fait la différence, ils étaient plus rapides. On est content d’être revenu. Tout au long de la course, on n’a fait que se rapprocher de cette troisième place sans jamais l’accrocher pour de bon donc c’est bien qu’au final, ça le fasse !

On s’est fait plaisir. Il y a eu des phases plus difficiles que d’autres quand on mange du près comme ça, c’est dur. Si on m’avait posé la question à mi-parcours « Est-ce que tu t’es amusé ? », je ne suis pas sûr d’avoir donné la même réponse qu’aujourd’hui ! Heureusement que l’on n’est pas allé au Fastnet parce que là, ça aurait été vraiment long ! Surtout pour ceux qui sont derrière."

(Crédit Photo : Manuel Couette)