Du 16 au 26 mai 2019
Départ le dimanche 19 mai 2019
Village public quai Vendeuvre


Les 10 Class 40 engagés dans la Normandy Channel Race sont déjà au Sud de la côte anglaise. Ils ont avalé 200 milles en un peu plus de 24 heures. Une première partie de compétition à belle vitesse lors de la traversée de la Manche mais beaucoup plus difficile au passage du Solent. « Destination Dunkerque » mène la course avec 9,9 milles d’avance sur « 40 Degrees » et 10,3 sur « Moonpalace ».
 
Jeu de courant !
 
La flotte de cette première édition de la Normandy Channel Race s’est déjà véritablement étirée avec 40 milles entre le premier et le dernier. Actuellement, elle est scindée en trois groupes. Suite à un très bon début de course, les dunkerquois Ruyant et Leglatin sont en pôle position au large de portland Ledge, côte Sud Anglaise. Une petite avance sur les rusés Mabire et Harding qui tirent des bords avec « Appart City » le long de la côte. Alors que les bataves de « Moonpalace » sont dans une position intermédiaire. Ces concurrents évoluent au près dans 10 à 12 nœuds de vent et jouent avec le courant plus ou moins fort ! La bataille des nerfs est lancée au sein de cette bande des quatre. Ils semblent que les partisans de la terre ont plus de vent et moins de « jus », les écarts se réduisent.
 
Tanguy De Lamotte et Jean Galfione, Nick Legatt et Philippa Hutton Squire, sont à 20 milles des leaders et peinent à s’extirper des affres des côtes britanniques.
 
En queue de peloton, la matinée a été rude car les voiliers, skippés par Marc Lepesqueux, Jacques Fournier, Christophe Coatnoan et Andrew Dawson, sont arrivés un peu tard dans les magnifiques eaux du Solent et le courant les a longtemps repoussé dans leur but. En début d’après-midi, ils reprenaient une trajectoire normale. Pour les prochaines heures, le grand échiquier maritime est déballé avec du petit temps attendu et 12 heures de navigation pour atteindre le cap Lizard.
 
Une première nuit à fond !
 
Les compétiteurs, partis hier du Calvados à 14h00, ont rapidement pris « la poudre d’escampette » en direction de l’île de Saint-Marcouf. En début de soirée, ils avaient parcourus 37 milles et enroulaient la première marque de parcours suite à quelques bonnes heures de prés. « Destination Dunkerque », skippé par Thomas Ruyant et Tanguy Leglatin, pointait en tête de la flotte. Le vainqueur de la dernière Transat 6.50 ne boudait pas son plaisir au moment de traverser la Manche. « Nous sommes sous petit Spi. Le vent souffle à 17 nœuds et nous avançons à 12 nœuds. La nuit va être belle ». Roeland Franssens et Michel Kleinjans « Moonpalace » suivaient à bord de leur Pogo 40S ainsi que le Cherbourgeois Halvard Mabire et Peter Harding « 40 Degrees » auteurs d’une belle remontée. Au reaching, le plateau de cette première édition de la Normandy Channel Race affolait les compteurs jusqu’à ce matin. Dans le Solent, le vent faiblissait. Les leaders s’en sortaient au mieux avec un faible courant « Nous avons passé le Solent "comme une letter in the box" avec le courant dans les fesses tout du long » dixit Halvard Mabire mais pour les retardataires « Groupe Partouche », « Marie Toit / Caen la Mer » et « Groupe Picoty » de longues heures d’attente face au courant pouvaient débuter. « Novedia – Initiatives » de Tanguy De Lamotte et Jean Galfione avaient même mouillé afin de ne pas reculer ! Un premier passage à niveau lourd de conséquence.
 
Ils ont dit à la vacation de 12h00 :
 
Thomas Ruyant : « Nous buttons dans le courant. Nous travaillons nos réglages afin de trouver une bonne vitesse. Dans l’après-midi, on aura le courant avec nous. Sur le début, nous avons pris de l’avance par rapport à nos adversaires. On voulait dès Caen être en phase avec le courant. Il y a eu un premier passage à niveau à Barfleur puis dans le Solent. La suite des opérations risque d’être difficile. Nous avons déjà pas mal dormi de façon à être frais la nuit prochaine ».
 
Halvard Mabire : « Ce matin dans le Solent, nous avons fait du jogging sur le grand tapis déroulant. Nous sommes toujours en train de pédaler. Nous sommes sortis dans le bon paquet. Le décor est sublime. Nous voyons « Appart City ». Cette nuit, nous avons pris un casier ce qui nous a fait ralentir mais sans dommages ».
 
Marc Lepesqueux : « Beau temps, belle mer, petit cumulus, le courant contre nous… Nous n’avons jamais mis le mouillage mais cela a failli. « Spliff » nous a mis un wagon, normal ils sont chez eux. Nous avons passé une très mauvaise nuit. Nous avons eu des problèmes de drisses. Dans les petits airs contre courant, ça réchauffe ».
 
Tanguy De Lamotte : « J’étais en train de faire une petite sieste. Nous n’avons pas beaucoup dormi depuis le départ. Nous n’avons plus de centrale électronique ce qui est embêtant. On va faire avec. Nous avons bien traversé le Solent… Les décors sont superbes ».
 
Sylvie Viant, directrice de la course : « Les concurrents vont tirer des bords le long de la côte avec le courant d’un côté ou de l’autre suivant les marées. Ils vont mettre environ 12 heures pour atteindre le cap Lizard à environ 10 nœuds avec un vent au Sud-Ouest ».