Du 16 au 26 mai 2019
Départ le dimanche 19 mai 2019
Village public quai Vendeuvre


En enroulant ce matin le rocher du Fastnet au sud de l 'Irlande, Thomas Ruyant et Tanguy Leglatin ont du même coup mis le cap sur la France et la Normandie. La Normandie, puisqu 'ainsi que l 'a signifié Sylvie Viant, Présidente du Comité de course aux 8 concurrents encore en lice (après l 'abandon cette nuit des anglais de Spliff sur problème d 'alternateur), la Bretagne et la marque de passage des Sept îles disparaissent du parcours. Une réduction dictée par le petit temps qui règne en maître sur la course depuis le départ dimanche dernier des plages Normandes, et qui risque hélas!, de se prolonger sur les 389 milles de Mer d 'Irlande et de Manche encore à parcourir depuis le Fastnet. "Destination Dunkerque" semble un leader solide, qui a préservé sa grosse vingtaine de milles d 'avance cette nuit au louvoyage dans la brume Irlandaise sur ses concurrents immédiats, "40 Degrees" du duo Franco-Britannique Mabire-Harding, et sur les tenaces Néerlando-Belge Franssens-Kleinjans. Aucun de ces derniers protagonistes n 'a naturellement abdiqué. L 'anticyclone qui apporte le beau temps sur la France pour le week-end, va considérablement compliquer les affaires des navigateurs de nouveau confrontés aux petits airs, et à cette allure au plus près du vent qui aura décidément été la marque de fabrique de cette Normandy Channel Race première du nom.

En tête dans le Solent, à Lizard, Land 's End et à Tuskar Rock, le duo Thomas Ruyant-Tanguy Leglatin a ajouté tôt ce matin le mythique phare du Fastnet Rock à son parcours jusqu 'ici sans faute ni anicroche. Les deux hommes, qui restent malgré tout très conscients de la proximité et de l 'agressivité de leurs poursuivants, évitent de pavoiser et trahissent dans leurs messages du jour la grande  concentration qui reste la leur quant aux scénarii encore  à écrire jusqu 'à la ligne d 'arrivée d 'Hermanville sur Mer. Un bel anticyclone flâne aux abords de la Bretagne, et remonte paisiblement vers les îles Britanniques. Il apporte en son centre de vastes zones de calmes plats, et en sa périphérie, de faibles flux de secteur Est, que les concurrents après avoir viré le Fastnet vont devoir négocier... au près. Le près, l 'allure la plus proche du vent, aura ainsi scandé chaque temps fort de la course, à l 'exception de la belle glissade en mer Celtique vers Tuskar Rock. Mais c 'est bien la brume omniprésente depuis Land 's End qui minait le plus ce matin les duos bien seuls au monde, et privés des paysages enchanteurs promis par un parcours tracé à dessein au plus près des côtes. De Tuskar Rock fantômatique à un Fastnet indiscernable, c 'est aux instruments que les marins tracent leur route, l 'oeil rivé au radar pour prévenir l 'apparition de bateaux de pêche.

Le long bord face au vent vers le Fastnet, à défaut de redistribuer les cartes au classement, resserre sensiblement les écarts. Christophe Coatnoan et Pierre Yves Lautrou qui ferment la marche sur "Groupe Partouche" peuvent se consoler en constatant qu 'ils ne déplorent plus "que 62 milles de retard sur le leader Dunkerquois. Les trois voiliers qui les précèdent, "Novedia Initiatives" du tandem Delamotte-Galfione, "Marie toit Caen la mer, de Lepesqueux-Defert, et les Sud africains Nick Legatt- Philippa Hutton-Squire sur "Phesheya Racing", évoluent tous dans un périmètre long de 27 milles, tandis que le podium provisoire se joue entre 4 concurrents groupés en 35 milles. La réduction de parcours, si elle ne change pas grand chose en terme de distance au but, ouvre toute la Manche aux concurrents, et pourrait faciliter une arrivée des premiers dimanche matin en début de matinée.

Ils ont dit :

Yvan Noblet, (Appart City)
"De petits problèmes de communication. La réduction de parcours est une bonne nouvelle.
Assez content de notre nuit ; on a validé la réparation dans le petit temps. On fait marcher maintenant. Nous espérons que le brouillard va disparaître. Il reste beaucoup de près à faire. Le bateau marche bien avec le mât un peu plus en arrière. on va essayer de recoller. Après le Fastnet, on va consolider la réparation. On ne fera pas les kamikazes. On va rester au plus près de la route directe et essayer de grappiller sur les deux copains qui sont devant.

Nick Legatt
"Le vent était très inégale la nuit dernière, parfois 10 - 15 noeuds , et parfois plus rien du tout. Ce matin, le vent s 'est stabilisé. On n 'est pas trop loin des premiers. on s 'accroche pour rester avec eux. mais on est aussi inquiet de se qui se passe derrière. On a un bon angle pour descendre au Fastnet. On est dans le brouillard, on ne voit rie ni personne et on compte sur l 'ordinateur pour savoir ce qui se passe dehors. On voit à peine l 'avant du bateau! La course est vraiment chouette. Je ne sais pas comment vous vous êtes arrangé pour que tout se déroule au près. Heureusement, nous avons une bonne vitesse au près. Un peu plus de vent, et du portant serait très apprécié...

Tanguy Leglatin (Destination Dunkerque)
"On a toujours entre 4 et 8 noeuds de vent. On est toujours dans la brume. On a le regret de n 'avoir rien vu de l 'Irlande, sauf au moment du passage du Fastnet où on a pu faire une photo. La réduction de parcours ne change pas grand chose, car on attend du petit temps et du vent d 'est. On espère être à Caen dimanche en milieu de journée. Cette réduction de parcours nous oblige à être vigilant sur les 36 prochaines heures où tout peut encore se passer, car nos concurrents vont avoir un vent différent, et vont moins ralentir dans l 'anticyclone. On travaille sur nos fichiers avec Thomas. on fait les choses simplement, et restant concentré sur la vitesse. Il y a une grande part d 'incertitude sur l 'avenir, on doit donc contrôler davantage se qui se passe derrière."

Tanguy Delamotte (Novedia Innovations)
"On a vu la côte Irlandaise en allant virer à l 'entrée de la baie de Cork. on a vu du vert et cela fait plaisir! On a un problème avec notre serveur email et on ne reçoit plus les fichiers. La réduction de parcours est logique, et va nous permettre d 'arriver assez groupés. Ce n 'aurait pas été très sympa d 'aller jouer dans les zones à fort courant dans du petits temps. On tire un joli bord en baie de Cork, avec le courant et on va bientôt virer pour faire route directe sur le Fastnet que l 'on risque malheureusement de passer de nuit. L 'anticyclone va ralentir les premiers mais cela ne suffira pas pour nous permettre de revenir suer la tête. En revanche, on va essayer de revenir sur les concurrents devant nous..."

Roelland Franssens (Moonpalace)
" Depuis Tuskar, les conditions sont difficiles, avec un vent faible et très variable. On est très proche du Fastnet ; 40 Degrees est juste devant nous. On les a vu hier soir. Ils sont repartis ce matin, mais tout change très vite. La réduction de parcours ne change pas grand chose en terme de distance au but. Ce sera au près et on peut dire au revoir à notre spinnacker. On est prêt au combat..."

Marc Lepesqueux (Marie toit Caen la mer)
"La mer se calme, et à part le brouillard, tout baigne en approche du Fastnet. On a à peine vu Tuskar alors que nous n 'étions qu 'à 200 mètres, et on n 'a pas vu la côte Irlandaise. Le vent était très changeant, passant de 3 à 25 noeuds, sur une mer hâchée. La bascule est arrivée et on descend sur le Fastnet.

Denis van den Brink