Du 16 au 26 mai 2019
Départ le dimanche 19 mai 2019
Village public quai Vendeuvre


C 'est un dernier acte à suspens  que nous offre la Normandy Channel Race première du nom. Après une semaine de course, c 'est le plus palpitant des scénarii que nous proposent les duettistes de l 'épreuve, avec deux voiliers Class 40 quasiment au coude à coude non pas dans la dernière ligne droite, mais dans les derniers "cols" du parcours dont un "sommet" hors catégorie, le passage du fameux Raz Blanchard que Thomas Ruyant et son compère Tanguy Leglatin sur "Destination Dunkerque" franchiront cette nuit avec à leurs basques l 'insistante et menaçante silhouette du voilier "40 Degrees" mené par les expérimentés Halvard Mabire et Peter Harding. Le duo est, en cet fin d 'après midi, en approche de l 'île de Guernesey et ses redoutés courants, et l 'on peut s 'étonner qu 'après plus de 800 milles de course, c 'est dans la partie la plus tortueuse du parcours, au coeur des îles Anglo-Normandes et à vue du Nez de Jobourg que va peut-être s 'écrire l 'issue de la course. Les 8 protagonistes de l 'épreuve évoluent tous depuis l 'aube en Manche et tirent de longs bords de près dans un vent de secteur Est Sud Est soutenu pour une quinzaine de noeuds, sous le soleil (enfin!), et sur une mer qui accepte de se ranger un peu, pour un final apprécié de tous, et qui devrait voir dès lundi tout ce joli monde sagement aligné aux pontons du bassin Saint Pierre à Caen, dans la perspective de la remise des prix programmée au Pavillon de Normandie, lundi 24 mai à 12 heures 00.

Deux Class 40 performants, deux équipages au vécu maritime différent, l 'expérience au long cours du côté du duo Harding-Mabire, et la fougue régatière des jeunes Ruyant -Leglatin de l 'autre, pour un final haletant, dont l 'issue promet d 'être incertaine jusqu 'au terme des 100 et quelques milles encore à couvrir d 'ici à la ligne d 'arrivée mouillée devant Hermanville sur Mer. Grand arbitre de ce duel, le Raz Blanchard et ses forts courants. Ruyant et Mabire se sont toute la journée échinés face au vent et sur un mauvais clapot à tenter de parer cet imposant cap avant la reverse des courants. Las! il semblerait que c 'est face "au jus" que les deux leaders "historiques" de la Normandy Channel Race vont devoir contourner le Cotentin. Ruyant en éprouvait un peu de fatalisme lors de la vacation du jour : "Cela risque de revenir par derrière..." mais sa plus vive inquiétude est naturellement alimentée par les performances d 'un duo Mabire-Harding dont le "40 Degrees" fait des merveilles aux allures proches du vent, l 'allure qui aura régné en maître tout au long des 1 000 milles de la course ; "Halvard a un super bateau de près, et en plus il ne fait pas d 'erreur." conclut le Dunkerquois. Les estimations les plus récentes à l 'heure où nous écrivons ces lignes prévoient une arrivée devant Hermanville sur mer demain matin dimanche aux alentours de 8 heures. Une arrivée groupée est naturellement de mise, et c 'est un magnifique finale qui se prépare en baie de Seine pour une course aux multiples rebondissements et imprévus.

Le palmarès final ne sera donc connu qu 'au moment de la remise des prix programmée pour lundi 12 heures. Bien malin qui, du premier au 8ème peut ce soir en donner l 'ordre. Yvan Noblet et son co-skipper David Taboré (Appart City) viennent de souffler la troisième marche du podium au Néerlandais Roland Franssens associé au Belge Michel Kleinjans (Moonpalace). La plus grande indécision règne là encore pour l 'attribution des accessits. Christophe Coatnan et Pierre Yves Lautrou (Groupe Partouche) font quant à eux le maximum pour laisser à Tanguy Delamotte et à Jean Galfione (Novedia Initiatives), toujours privés d 'informatique, le "privilège" de fermer la ligne, probablement dans la nuit de dimanche à lundi.


Ils ont dit ...

Roland Franssens (Moonpalace) :
"On a enfin un peu plus de vent, 18 à 20 noeuds, le soleil brille et on rentre en France. Magnifique journée pour naviguer. Dommage que le vent soit à l 'Est. Difficile de prédire notre arrivée, mais on sera au près jusqu 'à demain en milieu d 'après midi! On porte toute la toile et on se bagarre avec les vagues..."

David Taboré (Appart City) :
"On se rapproche tout doucement de l 'arrivée. On a eu de belles conditions cette nuit, vent, ciel étoilé et belle lune. On a bien fait marcher. On est à la bagarre avec "Moonpalace". On les a passé cette nuit au large des Scilly. On n 'a pas encore décidé notre stratégie pour le passage à Jobourg, et on se voit vers 14 heures à Caen. On est en bonne forme. On profite que ça tape moins pour dormir un peu. Le vent a un peu mollit de 18 à 14 noeuds...."

Nick Legatt, (Phesheya)
"Beaucoup de vent en ce moment, avec des rafales à 20 noeuds et ça mouille beaucoup. Il y a un gros courant face au vent et la navigation est plutôt difficile. Nous attendons la renverse du courant, pour que la mer se calme et nous serons alors en mesure d 'aller plus vite. La nuit a été belle et très active, avec de nombreux virements. Nous espérons atteindre Ouistreham dimanche soir. Il faut bien gérer les renverses de courant. Dès qu 'on portera la bonne combinaison de voiles, on va aller très vite. On est à fond! On est motivé pour reprendre une place à "Marie toît - Caen la mer". On a bien l 'intention d 'être à Caen pour la remise des prix! (Rires)

Jean Galfione (Novedia-Initiatives)
"Le vent est monté, 20 - 25 noeuds, on n 'a pas d 'instrument, ni irridium, ni fichiers, ni positions.... On navigue à l 'aveugle. Le bateau saute un peu. On préfère cela sous le soleil. On a croisé "Groupe Partouche" hier, mais j 'ignore si on est devant. On voyage avec une colombe, très jolie, qui se repose en pied de mât. Insolite!"

Thomas Ruyant (Destination Dunkerque)
"Ca tape! c 'est un peu la guerre, au près en approche de Guernesey. On tire des bords dans 18 noeuds de vent. Situation difficile, d 'autant qu 'on aura la marée contre nous dans le Raz Blanchard; ça va recoller par derrière. Halvard se rapproche très dangereusement. Cela va jouer très serré! On risque de buter avant lui.Tactiquement, on joue pas mal, mais la météo ramène les voiliers par derrière. Halvard a un bon bateau de près et ne fait aucune erreur. On fait des sauts de vague, même en barrant, on ne peut pas empêcher le bateau de cogner. On est dans la phase la plus technique du parcours..."

Marc Lepesqueux (Marie toït - Caen la mer)
"On est enfin sorti du brouillard, au près sous le soleil! On a passé 48 heures dans le brouillard en mer Celtique. On n 'a vu ni Tuskar ni le fastnet! On casse la croûte mais il ne nous reste plus grand chose. On a traversé les Scilly en jouant avec les bascules. On espère être à Caen dimanche soir... pour la côte de boeuf! On essaie de contrôler Phesheya, mais ce sera dur de revenir sur les 4 premiers...."