Une flotte sous tension

Les 5 leaders de la 12ème CIC Normandy Channel Race ont enroulé le rocher du Fastnet ce matin à l’aube. C’est le duo franco-espagnol à bord de Redman (161) qui à 5 heures et 37 minutes a atteint le mythique phare sud-ouest irlandais en premier pour empanner en direction des Îles Scilly puis Guernesey. Même si Antoine Carpentier et Pablo Santurde del Arco mènent désormais les débats depuis plusieurs heures, rien n’est encore joué à l’avant de la flotte tant les écarts sont faibles. Au pointage de la marque de parcours du Fastnet, seulement une petite heure sépare l’unité numérotée 161 du quatrième Lamotte Module Création (153). La tension doit être à son comble à bord des Class40…

Comme annoncé, les concurrents ont régaté toute la nuit dans un flux d’Est / Nord-Est oscillant entre 10-12 nœuds et des rafales à 20 nœuds. Une allure obligeant les Class40 à louvoyer au portant le long de la côte sud irlandaise. Les skippers se sont livrés une vraie bataille d’empannages pour trouver le meilleur placement stratégique tout en composant entre une navigation plus ou moins éloignée de la côte pour toucher de l’air, éviter les courants défavorables et contrôler son adversaire direct. Un scénario qui ne laisse pas beaucoup de temps de repos aux marins et qui se poursuit pour les deuxièmes et troisièmes pelotons de la flotte situés entre les deux phares irlandais de Tuskar et du Fastnet.

Dans la journée, le cœur d’une dépression orageuse venant du sud va croiser la trajectoire des concurrents qui se dirigent vers les anglo-normandes. Un semblant de Pot au Noir sans vent, hormis celui des orages. Un phénomène météorologique que vont d’abord traverser les leaders puis le reste de la flotte. Un passage à niveau tactique de plus qui se dresse sur la route des équipages de cette édition 2021 de la CIC Normandy Channel Race. De quoi redistribuer les cartes un fois de plus … ?

Partager cet article :

Menu